Monday, 18 August 2014

L'histoire d'une fin de semaine en canot-camping sur la rivière Rouge


Pour moi, les vacances d’été ça veut dire du canot-camping. Oui, ça prend une certaine préparation, mais je ne peux pas m’empêcher de vouloir partager cette expérience avec d’autres personnes. Voilà pourquoi, pour un cinquième été, j’ai organisé une sortie d’initiation au canot-camping interculturel, au sein de l’Association récréative Milton-Parc.

Cet été, nous avons parcouru 40 km de rivière (principalement de l’eau calme) sur la rivière Rouge dans les Laurentides. Nous avons démarré dans la ZEC Maison de Pierre, et terminé au niveau du village de Rivière Rouge. Il y avait 14 participants et 2 animateurs-guides, moi et mon conjoint. Les participants venaient de plusieurs pays différents, y compris les Pays-Bas, France, Jordanie, États-Unis/Russie/Jamaïque, Turquie, Liban, Iran, et du Canada.

Malgré que ce ne fût qu’une simple fin de semaine, et pas la première fois que je l’organise, ça prend à chaque fois énormément de préparation. Être responsable de 14 autres personnes dans la nature, en autonomie, ce n’est pas rien. Vaut mieux bien faire ça!

On s’est rencontré pour une réunion de préparation et souper communautaire chez nous environ une semaine avant. Ça nous a permis de se connaître un peu mieux, de revoir la liste de quoi apporter, de déterminer ensemble le menu… et de faire des essais de comment étanchéifier un sac de couchage (avec un vrai test dans le baignoire!)

Enfin le grand jour arrive, vendredi 8 août. On se rencontre pour le covoiturage, on affronte un peu de trafic et enfin on arrive. Prévisions météo : grand soleil durant toute la fin de semaine – inespéré.  On a campé sur le bord de la rivière à notre point de sortie, grâce à la compagnie Aventure Quatre Saisons, qui nous a loué les canots et fait la navette. On a monté les tentes (location défrayée par Mountain Equipment Co-op, merci infiniment!), tout un casse-tête pour une première fois. Ensuite, nous avons mangé un délicieux souper préparé à l’avance par nos participants, et dégusté d’énormes marshmallows autour d’un feu de camp.

 
Le lendemain, on s’est préparé pour la navette, et le départ vers le vrai début de l’aventure. 25 minutes de navette nous ont remonté plus haut sur la rivière. On nous laisse avec les canots et nos affaires sur une plage au bord de la rivière. Ensuite, mini-initiation aux coups de pagaie. Tout le monde a bien progressé, malgré que ce ne soit jamais intuitif pour tous. Par la suite, 2 par canot, avec toutes nos affaires, nous avons parcouru environ 18 km jusqu’à la plage qui allait être notre camping samedi soir.


Le niveau d’eau étant relativement bas, il y avait d’immenses plages de sables et d’étonnantes falaises de sables à chaque méandre. Il y avait également des bancs de sable cachés sous l’eau qui rendaient la navigation un peu plus difficile. Il fallait choisir le bon chenal, sinon on devait sortir pour pousser le canot… Petite mésaventure, nous sommes deux canots à avoir réussi à renverser le canot durant la fin de semaine. Heureusement, rien n’est brisé ni perdu. Talya n’était pas traumatisée; elle voulait recommencer l’aventure, tellement c’était agréable de se saucer à l’eau sous le soleil!

On est enfin arrivé au Fer à cheval, lieu magnifique en mi-parcours et plage sans fin pour camper. Il était déjà assez tard. On a monté les tentes, fait un feu et on a fait à manger. Pain bannique sur des tiges de bois cuit sur le feu; papillotes de légumes et merguez. Merci à tous pour leur expertise et participation à la préparation du repas, et toutes les tâches!


La « super-lune » nous éclairait la nuit. Certains ont bien dormi (comme moi), d’autres s’habituaient encore à dormir sous la tente. On a entendu des cris de chiens de traîneaux (ou loups?) au petit matin. Le lendemain, super petit déjeuner (œufs, petits pains maisons, bagels sur le feu etc.). Départ pour encore toute une bonne grande journée de canot.



À mi-parcours, nous sommes arrivés à un rapide maigre mais long. On a pris notre temps pour descendre en sécurité. Les chants doux en arabe de ma co-équipière allaient parfaitement avec le décor naturel. En fin de parcours, un lieu étonnant de sables mouvantes, où il ne fallait pas débarquer du bateau. Et ensuite, la vraie fin du parcours, on sort de l’eau, on remet les canots, et rentre à Montréal tard en soirée.

Bravo à tous les participants qui ont découvert tant de choses en même temps : camping sauvage, cuisine en plein air, canot… C’était un vrai plaisir de vous connaître et de pagayer avec vous!  J’espère que vous allez pouvoir poursuivre d’une manière ou d’une autre, et que cette expérience restera avec vous pour longtemps.

Voici quelques mots de la petite famille originaire du Liban qui était parmi nous en tant que participants :

« Le canot-camping  fût une aventure extraordinaire pour moi et mes filles : depuis que je suis à Montréal je n'ai pas pu sortir en dehors de la ville et encore moins toucher l'eau de la rivière, canoter et vivre quelques jours avec de bons amis immigrés pour la plupart eux aussi et faisant des activités en plein air pour quelques jours pour la première fois...vraiment c'est une excellente chose. Je suis très heureuse de vous avoir rencontres et partage  ces moments avec vous : votre gentillesse, délicatesse, dévouement et performance dans votre travail m'a beaucoup impressionnée : ce n'est pas facile de gérer une compagnie interculturelle avec autant de maestro : je vous tire chapeau : bravo et grand merci pour tout ce que vous avez fait. Bravo aussi pour tous les amis qui ont réussi à donner une bonne image de leur éducation, leur tact, la collaboration et la cohabitation dans de telles conditions : ce n'est pas facile de gérer le stress ...bravo pour ceux qui ont su donner le meilleur d'eux mêmes..

Grosses bises à tous et à toutes

Mouna, Talya et Yara »


Et les impressions de notre participante Mahshid, originaire de l’Iran :

"Il est parfois nécessaire d'aller dans la nature, se détendre et renouveler le rapport avec la nature. Parfois il est bon de rappeler qu'il existe un autre genre de la vie au-delà de cette vie machiniste, au-delà des routines, loin de la circulation, le métro, l'autobus, le portable, l'internet etc. Merci beaucoup chère Adrienne et cher Fred, les guides du programme qui nous a fourni cette occasion, et merci beaucoup des amis chaleureux et aimables du groupe. Nous avons passé 2 nuits ensemble. Nous avons monté les tentes ensemble, nous avons fait un feu ensemble, nous avons cuisiné ensemble, nous avons chanté ensemble, nous avons ri ensemble, nous avons pagayé ensemble, nous nous somme aidés et nous avons avancé ensemble.

Je n'oublierai jamais cette belle expérience de canot-camping. Merci Adrienne. Merci Fred et merci Association Récréative Milton-Parc."

2 comments:

  1. Je connais bien l'endroit. Vous êtes passés devant ce qui était la maison de mon père jusqu'à son décès en février dernier. Vos activités de rapprochement interculturel sont géniales!
    Danièle (conjointe de Majed)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci Danièle, c'est vrai que c'est un lieu attachant. Est-ce que Majed connaissait l'emplacement de l'ancienne maison de votre père? Merci pour vos commentaires et mots d'encouragement!

      Delete