Vous venez de voir le premier épisode d’une série. Vous avez adoré. La compagnie des personnages vous manque à peine l’épisode terminé. Vous connaissez le sentiment? Et bien c’est un peu ça qui m’arrive… Pas vous? C’est l’envie de refaire le trajet, de débarquer les affaires jusqu’au chalet à la queue-leu-leu, de rechausser raquettes et skis, de déguster un chocolat chaud « refuge made » et une tisane d’aiguilles de pin fraichement cueillies, de relaxer au chaud après l’effort, de manger à 17 autour d’une table, de marcher à la belle étoile, de m’entendre dire deux matins de suite que le déjeuner est servi, de m’assoir sur une bûche, de dîner à l’extérieur près d’un feu, de glisser en chasse-neige sous les encouragements, de partager en grand groupe, de revoir tous ces visages… C’est quand le prochain épisode?

C’était l’expérience racontée par Fabienne de notre séjour au refuge Swaggin en Matawinie, à deux heures au nord de Montréal, du 28 février au 1er mars 2020. Merci chers participants pour votre courage, esprit de groupe et enthousiasme! On était originaires du Canada, France, Vietnam, Tunisie, Guatemala, Pérou, Iran, Maroc et encore plus! Merci à notre guide bénévole Frédéric! Merci cher MEC pour les sacs de couchage bien chauds et les matelas de camping! Merci chers donateurs qui nous permettent d’organiser ce genre d’activité à coût relativement abordable! Merci au village de St-Côme pour les supers pistes de ski de fond, et aux parcs régionaux de Matawinie pour le super refuge!

Et voici un témoignage de Kim, une participante nouvellement arrivée du Vietnam:

Mon séjour au
refuge avec Plein air international est un souvenir inoubliable à Montréal.
J’ai admiré le paysage hivernal romantique que je ne trouvais que dans les
photos. J’ai eu occasion de pratiquer les sports intéressants comme le ski du
fond et la raquette qui m’ont permis de sortir de mes journées hivernales trop
inactives.

Pour les vietnamiens,
le plein de soleil est considéré comme acquis, mon premier hiver au Québec avec
les jours très courts et le froid terrible, la neige blanche romantique devient
ennuyeuse, sale, humide et dangereuse. Toutes les activités sont chères pour
une nouvelle arrivante, et, ce n’est pas facile quand il n’y a pas d’amis avec
qui les pratiquer.

Chez Plein air
interculturel, j’ai trouvé des activités sportives moins chères et surtout, les
nouveaux amis gentils venant de différents pays, des québécois de différentes
origines. Le soir au refuge, quand tout le monde était réuni sous la lumière
faible des bougies et l’ampoule rechargeable, cuisinait, jouait et bavardait ensemble,
l’ambiance était familiale.

Depuis que je
suis venue à Montréal, il y a 4 mois, j’ai participé à plusieurs rencontres
mais j’en trouvais aucune pertinente que celle chez Plein air interculturel.
L’activité sportive dans la nature rapproche les gens plus facilement,
spécialement, quand il y a un organisateur super bon et plein d’énergie comme Adrienne
et ses partenaires.

Je voudrais dire
un grand merci sincèrement à ses efforts, sa passion et même aux donateurs de
maintenir ces activités significatives et offrir aux gens occasion pratiquer les
sports, admirer la nature québécoise, faire le réseautage et développer l’amour
avec Québec.

Previous articleTraverser la Transterrebonne en ski
Next articleRapport hiver 2020

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.